du 27 mars 2024 au 28 juin 2024
  • Alternance-Apprentissage

Publié le 28 mars 2024 Mis à jour le 15 mai 2024

La quatrième édition des Journées Vincent Merle (JVM)

La quatrième édition des Journées Vincent Merle (JVM)
La quatrième édition des Journées Vincent Merle (JVM)

La quatrième édition des Journées Vincent Merle (JVM) se tiendra les 27 et 28 mars 2024 au Centre régional Vincent Merle (Pessac).

Le programme de ces journées se construit autour du thème de l’apprentissage.

Coordonné par Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine, cet événement s’adresse à un large public : décideurs, chercheurs et opérateurs de l’éducation, de la formation, de l’orientation et de l’emploi.

Au programme de ces 2 journées :

1ère journée (27 mars)

9h00-10h00 : Accueil des participants

10h00-10h30 : Ouverture des travaux par :

Pierre-Yves Duwoye, Président de Cap Métiers Corinne Lafitte – Directrice Générale de Cap Métiers Josiane Véro et David Mélo – Co-Présidents du comité scientifique des Journées Vincent Merle Florence Lefresne - Ex Directrice générale du CEREQ

10h30 –12h15 : Conférence introductive
« L'apprentissage, d'hier et aujourd'hui : continuités et changements au 20e siècle »


Réputé en crise au 19e siècle, atteignant ses effectifs les plus réduits dans la France des années 1960, l’apprentissage connaît de nos jours un regain d’intérêt et une progression quantitative spectaculaires. Le retour sur certaines des transformations des formations par apprentissage au 20e siècle permet de mettre en évidence logiques de changement et poids des héritages.

Intervenant : Stéphane Lembré - Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille, INSPE Lille Hauts-de-France - Responsable de la mention Pratiques et ingénierie de la formation du master MEEF / Chargé de mission Cordée de la réussite et PRREL - Co-rédacteur en chef de la revue Histoire de l’éducation.

Echanges avec la salle

12h15 : Pause déjeuner / Buffet

13h45 – 15h15 - Deux ateliers en simultané :

Atelier 1
« Parcours, ruptures, coutures … »

Cet atelier traitera des parcours vers et dans l’apprentissage, en s’intéressant aux moments de charnières ou de ruptures qui peuvent se produire. L’expansion inédite récente de l’apprentissage n’est pas exemple de cas de décrochage ou d’insécurisation. En interrogeant les situations de tensions, de blocage ou d’échec de la relation entre les différents acteurs (apprentis, CFA, entreprises, OPCO, autres intervenants), il s’agira d’entrer dans la boîte noire de la construction d’un apprentissage réussi.


Atelier 2
« Offre de formation et de certification en apprentissage : quelles organisations pour quel modèle économique ? »

Cet atelier traitera des effets des récentes réformes de l’apprentissage, notamment par la loi du 5 septembre 2018, en termes de financement comme d’organisation de ses acteurs.
Il sera l’occasion d’apprendre comment les CFA ont revisité leur modèle économique face à certains aspects de la réforme de 2018 (libéralisation du marché, augmentation des salaires des apprentis, élargissement des publics). Il permettra également d’analyser l'arrivée dans ce paysage de nouveaux acteurs comme certains groupes privés internationaux d’enseignement supérieur qui ont récemment fait l’objet de travaux parlementaires.


15h30 – 17h00 Table ronde
« Les apprentissages en entreprise et la question de l’apprentissage partagé »

A partir de témoignages de maîtres d’apprentissage, de groupement d’employeur et d’échange avec le public cette table ronde abordera l’apprentissage partagé et la variété des pratiques d’encadrement des apprenti(e)s sur leur lieu d’accueil vus par l’entreprise en lien avec les responsables pédagogiques. Elle étendra cette compréhension au cadre de l’AFEST avec des retours d’expérimentation.

2e journée (28 mars)

8h30 – 9h15 - Accueil des participants

9h15 – 10h45 Table ronde
« Derrière la massification de l’apprentissage, des inégalités d’accès… »

L’essor de l’apprentissage, dans le secondaire comme dans le supérieur, est spectaculaire. Mais cela n’occulte pas les inégalités d’accès à cette voie de formation.  Ces inégalités remettent-elles en cause l’idée que l’alternance est de nature à corriger les inégalités de formation initiale. Comment sont structurées ces inégalités, en fonction de l’origine sociale, du genre, du territoire d’origine, de l’âge, du parcours scolaire antérieur, des domaines d’activité… ?

11h00 – 12h30 - Deux ateliers en simultané 

Atelier 1

« Dans les interstices de l’entreprise : situations et interactions discrètes »

Que se passe-t-il à la marge des situations et interactions prescrites et des temps formels de travail et d’apprentissage en entreprise ? Que recèlent les interstices spatiaux, temporels et sociaux des situations de travail ? En quoi contribuent-ils au « devenir professionnel » des aspirants ? Quelles acquisitions permettent-ils ? Par quels gestes, paroles ou postures ces savoirs professionnels sont-ils constitués et transmis ? Comment sont-ils appropriés par les apprentis ?

En appui sur leurs enquêtes conduites au cœur des entreprises, trois chercheurs en Sciences humaines et sociales dévoileront le potentiel formatif de ces situations et interactions discrètes, qui échappent à l’explicitation et à la formalisation, et conséquemment à une reconnaissance au titre d’une transmission de savoir-faire techniques et sociaux. Les témoignages respectifs d’un.e apprenti et d’un responsable d’entreprise offriront le point de vue du « terrain » sur la nature et la valeur de ces « savoir-faire discrets » entendus comme « un « art de l’ajustement à des situations toujours particulières » (Molinier, 2010) et qui « ne se perçoivent que lorsqu’ils ne sont pas accomplis » (Maguet, 2023).

Atelier 2
« Partir pour mieux revenir »

La mobilité européenne des apprentis a été facilitée par la loi « Avenir professionnel » de 2018, et plus récemment encore par la loi du 27 décembre 2023 pour un « Erasmus de l’apprentissage ». Dans ce contexte qui marque une volonté forte des pouvoirs publics, l’atelier vise à faire le point sur la situation, les avantages de ce type d’expérience apprenante pour les apprentis eux-mêmes et pour leurs employeurs ainsi que sur les obstacles qui demeurent. L’atelier s’appuiera sur une diversité d’intervenants : directeur de CFA, référents mobilité et apprentis.

12h30 : Pause déjeuner / Buffet

14h00 – 15h45 : Table ronde
« Le législateur et l’apprenti. Quels effets de la réforme de 2018 sur le système français d’apprentissage. »

Cette table-ronde conclusive reviendra sur le bilan de la réforme de 2018 sur le système d’apprentissage. Après une mise en perspective régionale proposée par l’Observatoire de l’Alternance en Nouvelle-Aquitaine animé par Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de ses missions d’OREF, nous solliciterons des regards de spécialistes et des institutions compétentes – OPCO, France Compétences – pour discuter des enseignements déjà apportés par divers travaux d’étude et d’évaluation. L’échange s’engagera ainsi notamment sur les nouveaux modes de régulation développés, le ciblage du public et l’usage des aides aux entreprises.

15h45 - 16h00 : Clôture des travaux

Tout une réflexion sur le thème de l'apprentissage qui, depuis la réforme de la formation par alternance, encadrée par la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » de septembre 2018, connaît un « boom » historique. C’est ainsi qu’avec 837000 entrées en apprentissage en 2022, le nombre d’apprentis a quasiment triplé depuis 2018, et chaque année depuis cette date, le nombre d’apprentis sous contrat enregistre de nouveaux records.

Avec 980.000 apprentis à la fin de l’année 2022 (Dares, 2023), l'ambition des pouvoirs publics de créer un million de contrats d’apprentissage par an à l’horizon 2027 parait désormais accessible.

Pour en savoir plus sur les thèmes abordés sur ces 2 journées, rendez-vous sur le site de Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine.